... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

[TOLAND (John)]. Pantheisticon, 1720

Le premier livre maçonnique imprimé
[TOLAND (John)]. Pantheisticon, sive fomula Celebrandæ Sodalitatis Socraticae, in Tres Particulas Divisa; quæ Pantheistarum, sive Sodalium, continent I, Mores et Axiomata: II, Numen et Philosophiam: III, Libertatem, et non fallentem  Legem, Neque fallendam. Cosmopoli. [London], 1720, In-8° , de 3 ff. et 89 pp., texte en rouge et noir, pl. veau  brun époque, double encadrement dorés sur les plats avec fleurons d'angles, dos orné (rel. anglaise) rousseurs sinon bel exemplaire.  

Rarissime ouvrage tiré à très petit nombre, qui d'après P. Dujols & E. Nourry servait de rituel à une loge maçonnique dont les tenues appelées "sodalités" avaient lieu dans le secret le plus absolu, et dont l'activité était surtout antichrétienne et dont firent partie Bolinbrooke, Coolins, Tindall, Wolston, David Hume et d'Holbach. D'après le témoignage de Condorcet, Voltaire aurait reçu la lumière dans une de ces Sodalités dès l'âge de 32 ans et donc lors de son affiliation à la Loge des Neufs-Soeurs il était initié depuis longtemps, c'est ce qu'il confirme lui-même dans sa correspondance avec d'Alembert. Deschamps & Janet dans leur ouvrage sur les "Sociétés secrètes" consacrent un chapitre entier à Toland et à son ouvrage qu'ils considèrent comme une vraie révélation des secrets et agissements de la Maçonnerie d'alors. Il est dédié au lectori philomato et philalethi, et Mirabeau le fit adopter par la Loge des "Philalèthes ou amis réunis"“On prétend que cet ouvrage est celui de Toland qui renferme le plus d'impiétés... a un tel degré de perversité que les libertins même en ont été indignés. L'auteur y établit une société qu'il appelle socratique, et lui fait prendre pour hymnes les odes d'Horace" (Peignot, II, 161). "En examinant cette pièce, dit Mosheim, composée d'antiphones, de leçons, de litanies, le tout imprimé en caractères rouges et noirs, on peut difficilement s'empêcher de croire que l'intention de l'auteur n'ait été de tourner en ridicule les liturgies chrétiennes" (Hoefer, 45, 471). C'est celui de tous les ouvrages de Toland qui a causé le plus de scandale. Certains disent qu'il n'en avait fait tirer que 50 exemplaires et le distribuait lui-même mystérieusement à ses amis matérialistes, libres penseurs, libertins. Rappelons qu'il a paru 3 ans après les Constitutions maçonniques de 1717, et que le seul écrit qui fasse allusion à la Grande Loge d'Angleterre, "The Long Lewers", lui est postérieur. Il est qualifié "d'introuvable" par Dujols qui rappelle que Deschamps & Janet n'ont jamais pu s'en procurer un exemplaire, que Nourrisson en parle comme d'un mythe, et Brucker seulement par ouï-dire. Première édition. ¶ Stephen H. Daniel, Toland: his mehtods, manners and mind p.13 "Putting his principle into practice, Toland had very few copies of his Pantheisticon printed, and these he personally gave to his friends" - Albert Lantoine Un précurseur de la Franc-maçonnerie : John Toland (1670-1722), Nourry 1927 - Jammes Bûcher bibliogr. n°677 - Fesch p.1383 - Manque à Caillet et à Dorbon.
4.000 


[LEPRINCE DE BEAUMONT (Mme)]. L'adepte moderne, ou le vrai secret des franc-maçons, 1755

Rarissime, le vrai secret des francs-maçons : l'alchimie
[LEPRINCE DE BEAUMONT (Mme)]. L'adepte moderne, ou le vrai secret des franc-maçons, Histoire intéressante. imprimé cette année à Londres, aux dépens de l'auteur, (v. 1755), pet. in 8°, de 1f. 229pp., pl. veau marbré époque, dos lisse orné, petite restauration à l'angle supérieur de qq. ff. sinon bel exemplaire.   

Très rare édition originale de ce roman alchimique. En fait le secret des Francs-Maçons serait la recette de la pierre philosophale permettant de transformer le plomb en or. ¶ Le cat. Ouvaroff (n°597) précise : "Il n'est nullement question des francs-maçons dans ce volume, c'est un roman sur la transmutation des métaux, dont le titre : Histoire intéressante, est exact." commentaire repris par Fesch p.26 - De nombreuses inconnues subsistent autour de ce texte. Le lieu de publication, sans doute fictif, serait la France, d'après le matériel typographique. Wolfstieg (41.487) pense que "L'adepte moderne" serait une traduction par "Mme Gut d[as] i[st] Beaumont" d'un roman allemand intitulé "Der neue Goldmacher" et paru pour la première fois dans un recueil en 1757. Mais une étude de Mme V.G. Mylne démontre que "Der neue Goldmacher" est la traduction de "L'adepte moderne", et non l'inverse. (cf. Martin & Mylne n°75.32) Quant à la date de publication, elle la situe vers 1755 selon la chronologie des événements du roman, réfutant ainsi les datations fantaisistes des diverses bibliographies : (Wolfstieg daté de 1777 ; Taute de 1780 ; Caillet de 1747 ; Fesch de 1747 ou 1750; cat. Ouvaroff de 1747). cf. V.G. Mylne, "The Bibliographer's Last Resort : Reading the Text", 18th-c. Fiction, vol.5, n.1, oct. 1992 - Caillet n°63 - Inconnu de Barbier et Quérard - Pas dans les 2 cat. F.M. de la Bibl. de Lyon - Pas dans Dorbon. - Très rare, le cat. CCFR ne recense que 4 exemplaires (BNF, Arsenal, Aix, Avignon).
1.500