... ... Ce blog permet de mieux faire connaître certains livres anciens rares et curieux et de partager les commentaires sur ces livres précieux ... ...

CHESNIER-DUCHENE (C.). Les Hiéroglyphes français, 1843

une cabbale hiéroglyphique
CHESNIER-DUCHENE (C.). Les Hiéroglyphes français, ou méthode figurative appliquée à l'instruction primaire, contenant en outre: 1° un essai sur la prononciation des langues étrangères, 2° la plus simple des sténographies, 3° un nouveau système du blason, 4° l'art d'écrire avec des points, et de transmettre la pensée par la seule indication de quelques hiéroglyphes. P., Roret, 1843, gd. in 8°, de XVIII-134pp.-2ff., ill. d'un front. et de 10 planches gravées h. t., d'un calque transparent et de très nbr. hiéroglyphes in t., cart. papier marbré moderne genre ancien, couv. ill. cons., cachet, restauration en marge des 8 derniers ff. Envoi de l'auteur au verso de la couv. "à Monsieur du Taya, hommage de l'auteur" 

Rarissime ouvrage dédié à Charles Nodier, et dont la méthode hiéroglyphique se rapproche beaucoup de ce que les spécialistes qualifieraient de "cabbale phonétique" par le procédé dit du "rébus à transfert". Son mystérieux auteur qui après une carrière militaire mourut à Lyon en 1851, a été fréquemment assimilé au nom moins mystérieux militaire dont il est question dans les ouvrages hermétiques de Fulcanelli, et qui enseignait un système mnémotechnique à base d'idéogrammes fonctionnants par cabbale phonétique. Ce procédé du rébus à transfert, à savoir que le même idéogramme peut servir à représenter un mot concret ou un autre mot ou partie de mot homophone, revêt un importance capitale dans de nombreuses écritures idéographiques dont l'égyptienne, l'aztèque, et la chinoise. Chesnier-Duchêne applique cette méthode à la construction d'un écriture hiéroglyphique française, qu'il dit pouvoir rénover nos moyens actuels d'expression... En dehors de son aspect ésotérique la démarche reste fascinante et l'ouvrage peut-être regardé comme une véritable curiosité bibliophilique dont la rareté est indéniable. ¶ Noël Arnaud consacre quelques longues pages à ce traité dans son article "Vers une Littérature illettrée" paru dans le N° spécial "Littérature illettrée" de la Revue Bizarre, 32/33 de 1964 - Caillet n°2326 "très curieux ouvrage.." - aussi Blavier Fous littéraires p.200.
1.300